< Retour à la page d'accueil

Périple indien - Shiva vs Ganesh: FIGHT!

Ok, j'ai peut-être un peu survendu l'aventure avec ce titre.

 

En prélude, et pour ceux qui y mettraient vraiment de la mauvaise volonté, nous parlons bien ici d'un séjours parmi les indiens d'Inde, qui parlent Hindi et qui pratiquent l'Hindouisme. Les vaches ci-contre, le tuk-tuk rutilant, le titre et les dizaines de photos de cette page auront su vous aiguiller. Ce modeste récit vous conduira de Delhi à Jaipur, en passant par Agra pour un petit séjour avec deux obsessions : MANGER et découvrir. 

Comme d'habitude, j'essaie de vous faire partager ce que je trouve étonnant, dépaysant et intéressant. J'ai eu la chance de passer ce séjour avec beaucoup de locaux, et de nombreux guides et conducteurs. J'essaierai de restituer l'expérience de la manière la plus authentique possible. :-)

Au programme : Temples milénaires, histoire de l'Inde, Taj Mahal, spécialistés indiennes et de nombreuses anecdotes !

Contrôle des papiers du Tuk-Tuk

Contrôle des papiers du Tuk-Tuk

The Red Fort

The Red Fort

Delhi

Delhi est située au nord du pays. Elle a été le théâtre de nombreuses guerres, et a servi de siège du royame des Indes pour les Moghols, l'Inde coloniale britanique, et pour le gouvernement actuel. Elle héberge en son sein New Delhi capitale de l'Inde. Enfin, fait important (et on y reviendra souvent) : Il s'agit de la deuxième ville la plus peuplée au monde derrière Tokyo.

Lourde conséquence : Delhi est bondée de monde. Tout le temps, partout. Agoraphobes, passez votre chemin. laugh Pour le reste, les gourmands, passionnés d'histoire, d'architecture, de culture et de religion y passeront d'excellents moments. 

Je vous épargne la description de mes visites de monuments dans la ville, internet en regorge, et ce sera sans doute mieux expliqué.

En revanche, quelques photos !

The Red Fort

The Red Fort

The Red Fort (intérieur)

The Red Fort (intérieur)

Un car de police

Un car de police

The Red Fort (intérieur)

The Red Fort (intérieur)

Un écureuil indien

Un écureuil indien

Gandhi Smriti, parc dédié à Gandhi

Gandhi Smriti, parc dédié à Gandhi

La circulation en Inde - Liberate me ex inferis

"The hitchhiker guide to the traveler in India" -  Bienvenu chez les fous :-)

 

Aux aventuriers en vacances qui rêvent de liberté en louant une voiture pour partir explorer le pays, aux pilotes invétérés qui pensent qu'aucun terrain de jeu ne peut leur résister, aux optimistes, aux inconscients et aux doux rêveurs : Ravalez vos ambitions, et oubliez toute velleité de conduire en Inde.

La conduite en Inde répond à ses propres codes, et ils sont uniques. De prime abord, on se dit que c'est tout simplement n'importe quoi, puis à force de se faire conduire, on comprend.

Ci-contre, ma voiture de tourisme (et un bout de mon conducteur) : Pas de rétroviseurs, pas de ceintures, des conditions de circulation épouvantables. Vous ne serez jamais serein sur la route en Inde. 

Une tata

Une tata

Mise en condition : Les lignes sur la route, qu'elles soient continues, discontinues n'existent pas. Et si vous en voyez, n'en tenez pas compte.
Mise en condition : Si votre voiture possède des ceintures de sécurité : Retirez les. 
Mise en condition : Si votre voiture possède des retroviseurs extérieurs, retirez les. 
Mise en condition : Une 2 voies habituelle dans votre pays est en fait une 3, voire 4 voies en Inde (d'où l'absence de retroviseurs, ça prend trop de place)
Mise en condition : Vérifiez que votre klaxon est fonctionnel, ce sera votre seule arme pour survivre.

Maintenant il n'y a qu'une seule règle : Survivre. Fort heureusement, le code de la route est beaucoup moins complexe que dans nos pays occidentaux, en voici les principes :

 - Ne tenez pas compte des feux, de toute façon tout le monde passe au rouge.
 - Angles morts, retroviseurs, tout ça, c'est de la merde. Déboitez sans faire vos contrôles.
 - A chaque fois que vous doublez (par la droite ou la gauche, selon l'inspiration) : KLAXONNEZ. Cela permet d'avertir l'autre conducteur qu'il ne doit pas changer de file.
 - Si il change quand même de file, klaxonnez rageusement. En cas d'urgence, déboîtez à votre tour.
 - Votre voiture est une anguille : Faufilez vous dans le moindre interstice entre deux voitures pour gagner quelques centimètres, quitte à bloquer toute la circulation derrière.
 - Contrairement aux idées reçues, un scooter peut supporter jusqu'à 6 personnes, n'hésitez pas à faire monter toute votre famille.

Le Taj Mahal

La construction du Taj Mahal a été achevée en 1654 et a impliquée 20 000 ouvriers. Pour la petite histoire, l'empereur Shâh Jahân qui le fît construire a affâmé son peuple pendant les 20 ans qu'a duré la construction à cause du coût des matières premières, de l'acheminement et des gens travaillant sur le chantier.  C'est un monument commandé par l'empereur pour sa défunte femme en son honneur après sa mort pendant l'accouchement de son 14ème enfant.

Pour la petite histoire, et ce n'est peut être qu'une légende : L'empereur Shâh Jahân voulait construire un Taj en marbre noir en face du Taj Mahal actuel. L'emplacement est d'ailleurs toujours vaquant. Ce projet n'a pas tout a fait été à son terme, le fils de Shâh Jahân ayant préféré tuer son père. Il y avait probablement des ambitions géo-politiques derrière cet acte, mais voici l'histoire qui m'a été racontée par mon guide : 

Les 4 façades du Taj Mahal sont gravées avec des versets du Coran. Par temps de pluie, l'eau ruisselle sur les paroies et termine sa course par terre, sous les pieds des fidèles, qui en somme, piétinent le Coran. Ce fait inacceptable aurait servi de prétexte au fils de Shâh Jahân pour renverser son père.

Fait spectaculaire : Les couleurs éclatantes du Taj Mahal tiennent à deux choses :

 - La qualité du marbre blanc du Rajasthan
 - La façon dont les gravures sont incrustées dans le marbre

Ces incrustrations sont faites avec la technique de la Pietra Dura où des pierres semi-précieuses sont incrustées directement dans le marbre du Taj. Aucune peinture n'est utilisée, ce qui permet, 350 ans plus tard, de garder des couleurs éclatantes !

Autre spécificité : La couleur du marbre du Taj change en fonction de la lumière : Bleuté, rouge, blanc, rose en fonction de la position du soleil dans le ciel. La lune aurait également son petit effet sur les couleurs du mausolée, mais je n'ai pas de détails là dessus.

Les boutiques pour touristes

Je passe sur la suite de la journée : Le sport national des mauvais guides et conducteurs en Inde, c'est de trainer les touristes dans des boutiques pour touristes. C'est probablement ce qui m'exaspère le plus (ce n'est pas propre à l'Inde, mais j'y ai été confronté chaque jour où j'étais accompagné d'un guide ou d'un conducteur. Ce qui explique que j'en ai beaucoup changé, je me suis fait accompagner de 5 conducteurs différents en espérant avoir la paix)

Je n'ai pas besoin d'expliquer ce qu'il y a d'exaspérant dans le fait de se faire trainer dans un piège à touriste. Chaque fois, le scénario est le même : 

Votre guide vous arrête devant une boutique, un indien est assis sur  une chaise devant, vous repère et vous ouvre la porte. A l'intérieur : Personne (ou alors un occidental ou un chinois). Branle bas de combat pour les vendeurs, ils se mettent tous en place. On vous explique que vous êtes ici pour découvrir l'artisanat local, et que chaque pièce est unique et nécessite 30 jours de travail, d'où son prix. Puis vous faites le tour du magasin avec des vendeurs collés aux basquettes qui vous posent des questions sur votre situation maritale et familiale, et vous conseillent des cadeaux à ramener dans votre pays. :-) Je suis une tête de mule et je n'aime pas que l'on me force la main, je n'ai jamais rien acheté là dedans.

Le summum a été atteint quand la discussion a terminé en engueulade après avoir refusé à plusieurs reprises d'aller dans une boutique dans lequel mon chauffeur me conduisait. Pas évident quand le conducteur ne parle presque pas un mot d'anglais.

Ca a vraiment été la grosse ombre au tableau de mon séjour : Tout est prétexte à vous faire sortir votre porte-feuille. Du guide qui vous informe qu'il n'est pas payé par la société qui l'embauche et que vous devez le payer en pourboire (pareil pour les conducteurs) et les multiples vendeurs qui vous prendront pour cible, vous ne serez jamais tranquille. 

Après ce petit aparté, un petit peu de détente. Saurez-vous deviner à quoi servait la salle ci-dessus, et la tour ci-contre ? Amis du Kamasutra, voici votre moment. :-)
Il s'agit d'une salle de fête du Fort Rouge de Agra (à ne pas confondre avec le Fort Rouge de Delhi. Enfin si, vous pouvez confondre parce qu'ils sont conçus pareil, mais.. enfin bref.). Le roi de l'époque avait 3 femmes : Une musulmane, une hindou et une chrétienne. La salle est composée de 4 petites tours, chacune est dédiée à une des trois reines, ou au roi.

Une fois ces quatre personnes en place, les 300 femmes du harem du roi rentrent et investissent le couloir en haut des murailles et.. Enfin voilà, je ne vous fais pas un dessin. La cour intérieure était le lieu de débauche du château.

Dernière visite de la journée, plus que 7 heures de route en voiture à subir pour rentrer à l'hôtel à Delhi et une bonne nuit de sommeil en perspective.

La porte du Fort d'Amber

La porte du Fort d'Amber

Séjour au Rajasthan

Le Rajasthan est l'un des 29 états de L'inde. C'est un désert qui héberge une des trois villes du triangle d'or : Jaipur. J'y ai passé quelques jours, le temps de découvrir ce que cette cité royale a à offrir. Parmi les attractions offertes par la ville : La forteresse de Amber ainsi que le temple sacré des singes et le temple Birla Mandir.

Je vous propose quelques photos prises dans la majestueuse forteresse d'Amber. La ville entière est entourée d'une muraille de 6 mètres de haut et de 9 kilomètres de long. C'est probablement la plus belle visite que j'ai fait pendant ce séjour après le Taj Mahal, la vue de l'extérieur et l'intérieur du fort sont vraiment magnifiques.

Cour intérieure du fort d'Amber

Cour intérieure du fort d'Amber

Temple de Ganesh

Temple de Ganesh

Le fort comprend de multiples temples dédiés à diverses divinités hindou, ainsi que des salles d'audiences privées et publiques.
Fait amusant : Les chaises roulantes de la reine sont toujours exposées. La reine était handicapée ? Pas du tout, en revanche, l'armature de sa robe et les parures pouvaient peser jusqu'à 50 kilos ! La reine ayant doublé de poids, elle ne pouvait se déplacer qu'en fauteuil roulant. 

Comme d'habitude, les reines (la reine principale et les autres) bénéficient d'espaces protégés pour observer la population du fort sans être vues. Cela prend la forme de murs avec des miliers d'interstices.

Concernant les photos de cette section :

  • Le jardin ci-dessus est le jardin flottant de la forteresse d'Amber
  • Le bâtiment ci-contre est une ancienne demeure de ministre intégrée au fort.
  • La grande pièce noire ci-dessous est un garde manger :-)

Chasse aux canards

A l'époque, on ne faisait pas les choses à moitié. L'empereur n'allait pas se contenter d'une petite cabane pour chasser le canard, alors il fit construire un palais au milieu d'un lac artificiel. Mon guide m'a expliqué que c'était aussi la résidence des reines de l'époque, mais je n'ai rien trouvé qui etayait cette information sur internet. Le fort a plus de 250 ans, et continue de resister à l'eau. Il n'est malheureusement pas visitable car utilisé comme restaurant pour une clientèle fortunée.

Il existe un très fort constraste entre le chaos ambiant de Jaipur, les rues bondées, les centaines de commerces foisonnants, les bazars musulmans et la sérénité qui règne en ce lieu.

Palais de Jal Mahal

Palais de Jal Mahal

L'inde pieuse

Je n'en ai pas beaucoup parlé jusque là (à part le Taj Mahal), mais l'Inde est évidemment un pays très religieux, et la plupart de vos excursions seront impregnées du passé (et du présent) hindou et musulman de ce pays. Si la consultation des voyantes et des prêtres fait encore partie intégrante de la culture du pays, même dans le milieu professionnel, il est rare de visiter un lieu décorrelé du passé religieux de l'Inde.

Pendant mes différentes visites, j'ai d'ailleurs été béni par plusieurs prêtres hindous, on m'a apposé le Bindi plusieurs fois (le point rouge au milieu du front qu'ont les indiens, qui représente le troisième oeil, symbole de conscience, de chance et de festivité), et il est très rare d'avoir une conversation avec un indien sans que le domaine de la foi ou du mariage ne s'invite dès le début du dialogue.

D'ailleurs, on le voit même sur les papiers officiels de l'Inde aussi bêtes que les formulaires de demande de Visa : Une des premières questions posées est votre confession religieuse, et il n'y a pas de case "Athée" ou "Agnostique". Vous devez vous retrancher dans la case "Autre". Le fait de ne pas avoir de religion est inconcevable dans ce pays, et il vaut parfois mieux vous inventer une foi pour avoir une discussion normale avec votre interlocuteur.

Ceci dit, tout ça n'est que mon ressenti vu à travers le prisme d'un voyageur en contact avec une catégorie très particulière de la population indienne : Les professionnels du tourisme. Je ne saurais généraliser à tout le pays. D'ailleurs, mes interactions professionnelles (Oui, car contrairement à ce que l'on pourrait croire, j'étais en déplacement professionnel) n'ont été teintées par aucune forme de religion, si ce n'est le Bindi, les discussions sur les voyants et un jeûne rituel observé par certains collègues pendant une semaine où la majorité des aliments sont proscrits.

Ceci dit, les choses semblent changer : La jeune généraiton ne semble plus partager les valeurs de ses ainés, et il y a fort à parier que l'Inde de dans 100 ans soit complètement méconnaissable. Cela avait l'air de chagriner mes interlocuteurs.

Bon, tout ceci est bien sérieux. Pour l'anecdote, Gangajali, la plus grande jare du monde (homologuée par le Guiness Book et en photo ci-dessus !) a été utilisée par le Maharaja de l'époque pour un voyage en Angleterre pour assister au couronnement de Edouard 2 en 1902. Cet homme avait pour principe de ne se baigner que dans l'eau sacrée du Gange, et en fit remplir deux jares pour les emmener avec lui lors de son voyage pour le pays du Fish&Chips.

Le temple sacré des singes

Dernière visite du séjour : Le temple sacré des singes, à quelques kilomètres de Jaipur. On s'attend juste à un temple, mais Galtaji est en fait un complexe de temples à flanc de montagne qui servait autrefois de lieu de pèlerinage. Il y a des réservoirs d'eau sacrée où les gens viennent se baigner dans leur plus simple appareil dans une ferveur incroyable. Et pour couronner le tout, le lieu est rempli de singes curieux et gourmands qui viendront, au choix, tenter de voler vos affaires ou réclamer de la nourriture.

C'est un endroit à ne manquer pour rien au monde : Il y règne une quiétude incroyable qui, en Inde, est une chose précieuse. :-)