< Retour à la page d'accueil

Diplomatie extérieure

La division Diplomatie & Commerce extérieur de la Julian Corporation est vitale pour le bon fonctionnement du groupe. Elle permet de maintenir des relations saines avec les partenaires de la société, et de garantir nos intérêts vitaux.

Dans un soucis de transparence et de clarté, les discussions de nature diplomatiques sont retranscrites dans cette section.

 

 

Relations courantes avec le GB - 14 Juillet 2015

Des rumeurs persistantes sur internet évoquent des relations diplomatiques discrètes entre la JC et le GB. Soucieux de garantir la transparence et l'intégrité de son groupe, le PDG de la JC a tenu à démentir avec la plus grande fermeté ces bruits de couloir ne reposant sur aucun fondement. "Aucune base de négociation n'est pour l'instant évoquée, et les conditions ne sont pas réunies pour une reprise du dialogue", a indiqué le PDG.

Réagissant au communiqué sur le site du GB évoquant les relations diplomatiques avec la JC, la cellule diplomatique de la Julian Corporation a tenu à conserver la même ligne que les mois précédents, évoquant que "compte tenu des enjeux, il ne serait pas responsable de couper toutes communications. Il y a des vies d'hommes et de femmes en jeu et aucun de nos deux groupes n'est assez irresponsable pour ne pas en tenir compte." "Il est tout à fait naturel que deux grandes puissances assurent une communication minimale, mais cela ne permet en rien de prédire un renouveau diplomatique entre les deux groupes." indiquent des sources proches de la JC.

Projections financières 2015 - 2016

Interrogé sur l'impact financier de cette rupture diplomatique, le PDG de la JC a tenu à nuancer les chiffres des analystes de Standard & Poor's. "Il est vrai que la JC a subi une année difficile, la conjoncture économique ainsi que la crise grecque jouent en notre défaveur. Le GB était un partenaire majeur, il n'est pas facile de renouveler notre balance extérieure avec la perte d'un allié de ce poids." indique-t-il.

De nombreuses pistes sont recherchées pour pallier les conséquences économiques de cette rupture "même les plus inventives et innovantes", indique-t-on dans l'entourage du PDG. Une autre source indique qu'une reprise des relations diplomatiques avec le GB pourrait faire partie des options envisagées, mais que rien n'a encore été décidé. "Il s'agit de décisions importantes qui ne peuvent pas être prises à notre niveau", indique un employé.

captcha refresh